Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 février 2018 1 12 /02 /février /2018 18:34
Renée de France (1510-1574) figure emblématique de Montargis

Le nom de "Renée de France" est familier aux montargois (ou du moins aux anciens montargois que nous sommes)...mais j'ignorais son histoire...

Voici donc un article reprenant les infos trouvées:
Renée de France, comtesse puis duchesse de Chartres, comtesse de Gisors et dame de Montargis
née à Blois le 25 octobre 1510, morte à Montargis le 12 juin 1574 
est la fille cadette de Louis XII, roi de France, et d'Anne de Bretagne.
Ses parents :
Anne, fille du Duc de Bretagne François II et de la Princesse de Navarre Marguerite de Foix est née à Nantes en Janvier1477. 
Elle devient Reine en France en épousant Charles VIII au Château de Langeais le 6 décembre 1491 ...plusieurs fausses couches et 6 enfants morts en bas âge (une grossesse tous les 14 mois). 
Renée de France (1510-1574) figure emblématique de Montargis
Renée de France (1510-1574) figure emblématique de Montargis
Anne de Bretagne se retrouve veuve le 7 avril 1498 (Charles VIII décède après avoir heurté le linteau d’une porte au Château d’Amboise) et devient "Reine douairière" de France. 
Son cousin, devenu Roi de France, Louis XII, 36 ans, fils de Charles d’Orléans et de Marie de Clèves, souhaite épouser la jeune veuve (21 ans), mais il est marié depuis 1476 à Jeanne de France, fille de Louis XI. Mariage annulé par le pape pour stérilité.
Mariage d’Anne et Louis XII au Château de Nantes 8 janvier 1499:
Renée de France (1510-1574) figure emblématique de Montargis
Renée de France (1510-1574) figure emblématique de Montargis
Renée de France (1510-1574) figure emblématique de Montargis

Anne de Bretagne est morte à Blois en Janvier 1541 à 36 ans,

ci-dessus Louis XII qui fut son 2è époux

4 enfants issus de ce mariage dont seules 2 filles survécurent:
-      Claude de France  née 1499 qui deviendra Reine de France en 1515 en épousant François 1er
-      Renée de France née en 1510
Renée de France est donc
- la belle-sœur de François 1er, 
- la tante d'Henri II et
- grand-tante de trois rois François IICharles IX et Henri III.
 
Elle fut mariée à l'âge de 18 ans au duc Hercule II d'Este et passa trente-deux ans en Italie à Ferrare.
Renée de France (1510-1574) figure emblématique de Montargis
Princesse évangélique dès les années 1530, Renée de France fut confrontée à l'hostilité de son mari, le duc de Ferrare et de Modène, pour les idées nouvelles et dut subir de violentes pressions pour l'abandon de ses opinions religieuses.
Après la mort de son époux en 1559Renée de France s'installa en France à Montargis où elle dressa une église réformée. Elle y accueille nombre de réfugiés protestants durant les guerres de religion.
Princesse éclairée de la Renaissance et femme de tempérance, elle se heurta à la misogynie des ministres protestants et s'opposa à la passion et l'intransigeance de ses coreligionnaires.
Sa fille Anne d'Este, grande dame de la cour de France fut l'épouse du duc François de Guise, chef charismatique du parti catholique au moment des guerres de religion.
Jeunesse et mariage:
Renée de France perdit sa mère (Anne de Bretagne) à quatre ans, son père (Louis XII) à cinq, sa sœur à quatorze ans (Claude de France, qui avait épousé en 1514 François d'Angoulême, mourut en 1524).
Renée de France fut confiée par sa mère à Michelle de Saubonne, mais la Cour écarta celle-ci car elle défendait d'un peu trop près les intérêts de sa pupille et professait déjà des idées proches de la réforme. Certains affirment sans preuves que Lefèvre d'Étaples aurait présidé à sa formation intellectuelle et religieuse. D'ailleurs la jeune princesse était un peu plus âgée que les enfants royaux dont l'humaniste supervisait l'éducation vers 1525. De même il ne reste que quelques lettres de Renée à Marguerite de Valois-Angoulême, duchesse d'Alençon puis reine consort de Navarre. Il est difficile d'en déduire qu'à son départ pour Ferrare, Renée était proche du cercle évangélique de Meaux et de sa protectrice, sœur de François Ier.
Renée de France épousa le 28 mai 1528, à Paris, Hercule II d'Este (1508-1559), duc de Ferrare, de Modène et de Reggio (fils de Lucrèce Borgia), et lui apporta en dot le duché de Chartres, le comté de Gisors et le domaine de Montargis. Le tout se montait à 12.500 écus de rente, soit 25.000 livres tournois, à l'époque du mariage.
Cette somme était extrêmement modeste pour une princesse du sang qui aurait dû hériter du duché de Bretagne, et ce d'autant plus que la Couronne, dès 1530, avait pris du retard dans le paiement de la pension. Le contrat de mariage de ses parents, Louis XII et Anne de Bretagne spécifie clairement que le duché de Bretagne devait revenir au deuxième enfant, mâle ou femelle, donc à Renée. À ce sujet, Renée intentera, bien plus tard, un procès contre le roi Charles IX afin de récupérer son héritage de droit, mais sera déboutée.
Hercule II marié à Renée de FranceHercule II marié à Renée de France

Hercule II marié à Renée de France

Ils eurent comme enfants :
·Anne (1531-1607), duchesse de Guise puis de Nemours, mariée
Renée de France (1510-1574) figure emblématique de Montargis

·         Alphonse II d'Este (1533-1597), duc de Ferrare, de Modène et de Reggio

Renée de France (1510-1574) figure emblématique de Montargis

·         Lucrèce (1535-1598), mariée en 1570 avec François Marie II della Rovereduc d'Urbino (1549-1631)

 

 

·         Éléonore (1537-1581)

  

  

·         Louis d'Este (1538-1586), cardinal d'Este, évêque de Ferrare, archevêque d’Auch

Renée de France (1510-1574) figure emblématique de Montargis

Persécutions en Italie:

À Ferrare, Renée de France réunit autour d'elle une foule d'hommes doctes, dont de nombreux protestants, venus d'Italie, d'Allemagne, de France, de Genève ; 

Elle employa comme secrétaires Lyon Jamet et Clément Marot (1496 -1944 à Turin), 

Clément Marot poète Français né à Cahors en 1496, mort à Turin en 1944

Clément Marot poète Français né à Cahors en 1496, mort à Turin en 1944

Renée de France protégea de nombreux coreligionnaires poursuivis pour leurs idées religieuses : Camillo RenatoLodovico DomenichiIsabelle Bressegna, etc.

Elle rassembla autour d'elle, dans les années cinquante, des réfugiés venus de l'Europe entière, sans manifester pour autant le désir de structurer ce mouvement à la manière des calvinistes de Genève.
L'année-charnière de son séjour italien, celle où se déploie son engagement politique et religieux est 1536: elle reçut au printemps Jean Calvin qui s'arrêta à Ferrare ; elle défendit avec succès un chantre arrêté pour ses propos blasphématoires au sortir de la messe, le jeudi de la Cène; enfin elle fit libérer son secrétaire, Jean Cornillau, emprisonné pour n'avoir pas répondu à la convocation ducale. 
(Calvin 1809-1865 Suisse)

(Calvin 1809-1865 Suisse)

François Ier, par le biais de ses ambassadeurs à Venise Georges de Selveévêque de Lavauret Georges d'Armagnac, futur cardinal, intervint en sa faveur et Marguerite de Navarre relaya le bruit, que propageait Michelle de Saubonne, dame de Parthenay, sa dame de compagnie, selon lequel Hercule II cherchait à faire mourir de désespoir et de honte sa femme.
Dès 1537, semble-t-il, Renée de France commença à correspondre avec le réformateur de Genève, Jean Calvin, qui signait «Charles d'Espeville»: les derniers éditeurs des œuvres de Calvin (Droz, mars 2006) ont revu la datation de la première lettre du réformateur que l'on plaçait jusque là en 1541. Ses livres de comptes, conservés à Turin, témoignent de son engagement calviniste, et de l'achat de nombreux ouvrages réformés.
L'année 1554 représente une cassure dans cet engagement : admonestée par Matthieu Ory, grand inquisiteur de France envoyé par Henri II, emprisonnée et interrogée par le jésuite Claude Pelletier en présence de l'inquisiteur local de Ferrare, Girolamo Papino, isolée au Castello, elle accepta d'assister à la messe, de communier et de se confesser, reniant ainsi en apparence sa foi. Mais libérée, elle poursuivit son œuvre plus discrètement, à la déception de Calvin qui aurait voulu en faire « l'héroïne » du parti. La correspondance de Calvin témoigne de sa déception à l'égard de celle qui refusait ainsi de devenir la « vitrine » du parti réformé, à l'époque où sont publiés les premiers martyrologes calvinistes.

De l'Italie à la France : Au milieu des guerres de religion

De retour en France en septembre 1560, après la mort de son époux (3 octobre 1559), elle s'installa à Montargis. 
Elle y accueillit les réformés qui voulaient s'y réfugier, malgré les menaces de son gendre, le duc de Guise, et de la Couronne. 
Agrippa d'Aubigné évoqua le refuge de Montargis où lui-même fut accueilli alors qu'il était en fuite, avec son précepteur. 
Théodore Agrippa d'Aubigné né en Saintonge en 1552, mort à Genève en 1630  c'est un homme de guerre, écrivain "controversiste" et poète baroque:

Théodore Agrippa d'Aubigné né en Saintonge en 1552, mort à Genève en 1630 c'est un homme de guerre, écrivain "controversiste" et poète baroque:

Durant les trois premières guerres de religion, Renée sut préserver Montargis grâce à d'habiles négociations avec les armées protestantes et l'armée royale commandée à partir de novembre 1567 par le duc d'Anjou, futur Henri III.
Elle imposa l'idée que cette ville, située sur un axe fluvial stratégique, pouvait rester une poche de neutralité n'accueillant ni un parti ni l'autre. 
L'amitié qu'elle entretenait avec ses voisins les Coligny, ainsi que la proximité de sang avec la famille royale, lui permirent, malgré quelques révoltes des habitants, de conserver cette place.
Proche de son plus jeune fils, le cardinal Louis d'Este, et de sa fille aînée Anne d'EsteRenée ne manifesta pas de désaccord apparent au remariage de la dite fille, en 1566, avec le duc de Nemours; certaines familles influentes à la Cour manifestèrent au contraire leur mécontentement, parmi lesquelles la famille du précédent époux, le duc François de Guise assassiné en 1563, et la reine de Navarre, Jeanne d'Albret, favorable au mariage de sa cousine Françoise de Rohan avec le duc de Nemours.
On voit donc que les relations mère-fille ne peuvent s'évaluer à l'aune des différences confessionnelles: Renée était protestante, Anne avait épousé à la suite deux fervents catholiques. Pourtant, Renée manifesta toujours la plus grande solidarité avec sa fille aînée. Au contraire, Renée critique, dans l'une de ses lettres, la reine de Navarre dont elle conteste le fanatisme, dangereux pour le pays, et immoral : elle affirme que Jeanne d'Albret se plaît à répandre des rumeurs, des mensonges, par prosélytisme religieux.
Elle critique ainsi un pilier du parti protestant, manifestant son esprit d'indépendance. De la même manière, il nous reste des missives où elle critique Calvin, et en particulier toute tendance à mettre un pays à feu et à sang par conviction religieuse : on peut rangerRenée de France, semble-t-il, dans le parti des moyenneurs, c'est-à-dire de ceux qui voulaient la paix à tout prix, la concorde, au prix de quelques concessions religieuses et politiques à leurs yeux nécessaires.
Les relations avec ses enfants furent contrastées durant ce séjour français : un grand amour la liait à Anne et Louis, son cadet, cardinal d'Este, qui lui aussi faisait carrière à la cour de France ; la méfiance et la déception caractérisaient ses relations épistolaires avec son fils aîné, Alphonse ; enfin elle ne semble pas avoir été très proche de ses filles cadettes, Eléonore et Lucrèce.

Une fin de vie discrète, dans la pratique réformée:

Présente aux noces de Henri de Navarre et de la princesse Marguerite, en 1572, son hôtel fut, semble-t-il, protégé par les gardes de son beau-fils le duc de Nemours, lors du massacre de la Saint-Barthélemy
Renée de France (1510-1574) figure emblématique de Montargis
Silencieuse, la duchesse quitta Paris sous la protection d'une escorte royale et guisarde, sans doute, car elle est la grand-mère duduc de Guise Henri.
Suivit une période de relative discrétion (épistolaire tout au moins) jusqu'à son décès, deux ans plus tard.
Il semble que jusqu'à la fin, elle ait poursuivi son travail de protection des réformés, recueillant les ministres persécutés, les errants, dans son château de Montargis, « jusqu'à entretenir, dit Brantôme, plusieurs centaines de réfugiés à la fois ».
À la fin de sa vie, elle se préoccupa de la succession du duché de Ferrare, cherchant à persuader son fils cadet, Louis, cardinal d'Este, d'abandonner l'état ecclésiastique pour prendre la suite de son frère Alphonse II, qui mourut sans descendance. En vain.
À sa demande, sa fille aînée, accourue à sa mort, la fit enterrer sans pompe dans l'enceinte du château, on ne sait où. 
C'est d'ailleurs Anne d'Este qui reçut Montargis que, depuis son procès avec la Couronne, réglé en 1571, Renée tenait en usufruit.
Chateau de Montargis, d'après Jacques ANDROUET du CERCEAU vers 1565

Chateau de Montargis, d'après Jacques ANDROUET du CERCEAU vers 1565

vers 1882

vers 1882

un siècle plus tard

un siècle plus tard

Voici donc l'histoire de Renée de France.
 
Il était donc logique que le temple construit dans les années 70, sur la butte de l'ancien château porte le nom de "Centre Renée de France":
Renée de France (1510-1574) figure emblématique de Montargis
"Accueillis dans un bâtiment cultuel moderne remarquable à côté du château de Montargis, outre les lieux et la vue sur la ville, vous découvrirez l'exposition "Luther ouvre les portes à la modernité" préparée dans le cadre du 500ème anniversaire de la Réforme luthérienne.
 
Ce blog est le votre, informez-moi, si vous souhaitez publier ici.

Partager cet article

Repost0
25 janvier 2018 4 25 /01 /janvier /2018 11:10
Vœux 2018 reçus de Michel FRITZ  (Pasteur 63-64 4èC)

 Le regard au travers de la fenêtre embuée

L'esprit qui vagabonde, plein d’espoir

Le chat sur les genoux auprès de la cheminée

Le souhait d'une année enrichissante et heureuse

Avoir le temps de prendre le temps

Une année remplie et rieuse

Aussi légère que la caresse du vent

            

Les traditionnels vœux seront échangés :

Santé, bonheur, prospérité

 Les traditionnels souhaits seront exprimés :

 Guérison, travail, amour, amitié

 

Seront prises les bonnes résolutions habituelles

Faire attention à soi, perdre du poids, être ponctuel.

Mais alors que les yeux se ferment auprès de la cheminée

Ce qui compte en fait, c'est vous souhaiter une belle année...

Michel FRITZ nous précise que ce poème a été écrit par une "écrivaine publique" de Bourgogne et est paru dans le mensuel local  "le criquet"

***************************************************************

 

Merci pour l'envoi de ce joli poème qui me donne l'occasion de publier sur notre site.

Je souhaite que cette année vous conserve tous en bonne santé.

Nous avons trop de proches qui disparaissent.

Nous sommes dans ce que j'appelle l'abominable période (58 à 73 ans). Les cancers, pathologies cardio-vasculaires ont emporté beaucoup trop d'amis, famille.

"Prenez soin de vous".

La réputation des médecins montargois ou des environs est très "irrégulière". Beaucoup de ces lourdes pathologies sont trop souvent totalement indolores. Ceux qui ont des facteurs de risque (alcool, cigarettes, surpoids, diabète, hypertension non équilibrée...) devraient avoir un bilan complet chaque année. Ceux qui ont eu des prothèses (ou autre corps étranger, savent-ils qu'ils devraient prendre rendez-vous avec leur dentiste chaque année?

"Surveillez-vous ainsi que ceux qui vous sont chers"

*************************************************************

Michel n'a fait qu'une année à Pasteur, nous en reparlerons plus bas.

Avant d'évoquer cette période, j'ai demandé à Michel ce qu'il avait fait depuis ces 50 ans:

"J'ai quitté Montargis en 1964 pour intégrer les Ecoles Militaires pour pouvoir rejoindre le milieu des sports équestres après différentes mutations (Saumur...Fontainebleau..Berlin).

J'ai rejoint Orléans dans l'attente de pouvoir présenter le stage d’élève sous maître du Cadre Noir de Saumur...Mais hélas un grave accident pendant un entraînement équestre m'a coupé l'herbe sous le pied...Conclusion emploi sédentaire: gérant du mess mixte d'Orléans....

- Ensuite détaché auprès du service santé des armées comme infirmier Major...

- Je quitte l'armée et présente l'entrée à l'Ecole Supérieure de Sylviculture de Nancy

pour nous: Sylviculture= Ensemble des techniques visant à créer, renouveler, améliorer un peuplement forestier en anticipant, accompagnant ou orientant la croissance naturelle des arbres vers une production de biens (bois d'œuvre, bois d'industrie, bois de chauffage) ou de services ...

- J'ai donc intégré l'Office National des Forêts pendant plusieurs années mais...manque de pot, j'ai fait une chute dans un ancien puits (guerre de 14-18 dans les Ardennes)...conclusion: inapte sur le terrain... J'ai refusé un emploi dans les bureaux de l'ONF.

- Donc ensuite création dans le milieu de l'antiquité.

- Retraite de mon épouse (Chef de Service du Patrimoine du Conseil Général de l’Aisne )

En 2014, nous déménageons en Bourgogne (58) pour nous rapprocher de nos 3 filles.

Cette année, nous fêtons les 50 ans de mariage avec mon épouse Françoise (20 Août 1968.)

....Bien cordialement et amicalement."   Michel FRITZ.

************************************************************

Reprenons la classe de Michel:

1.1 Alain TOLUBAIV – 1.2 Michel FRITZ – 1.3 Jean-Claude BARRIER – 1.4 Patrick STAUDER - 1.5 Jean-Claude AVRIL

2.1 Martine CHARTIER – 2.2 Catherine DELAMARRE – 2.3 XXX – 2.4 Monique BEAUDENON – 2.5 Nicole CLAUSE – 2.6 Christiane BILLART

3.1 X DUCROS – 3.2 Michel VIGNERON – 3.3 Alain JOURDAIN – 3.4 Philippe COTTET – 3.5 Danièle COUDRAT – 3.6 Christiane VAILLANT – 3.7 Rose-Lise CHAMBON – 3.8 Colette LIORET

Que savons-nous de tous ces élèves:

- Notre si gentille Catherine (DELAMARRE-BACHET) nous a quittés l'an dernier, Philippe COTTET beaucoup plus tôt.

-en 2009, nous avions les coordonnées (mail ou ville, tél) de Alain TOLUBAIV (73), J.Claude BARRIER (45), Patrick STAUDER (41), J.Claude AVRIL (45), Monique BEAUDENON-COUSIN (45), Nicole CLAUSE-CLEMENT  (45) , Christiane BILLART-HARRY (45), Michel VIGNERON (45), Danièle COUDRAT (seulement ville en RP), Christiane VAILLANT-FAUVERTEIX (45),

-Martine CHARTIER-BOURREAU est sur copainsdavant et sur Facebook (donc devrait changer de couleur dans l'onglet photo) pas de coordonnées directes (75 ou Savoie?)

On voit qu'elle n'a pas changé:

Par contre, nous ne savons pas ce que sont devenus :

- Rose-Line CHAMBON-JANIER reconnue par Danièle DELAHAYE-NAVARD ainsi que par Annie ROBERT-GUEROLA et Françoise LETOURNEAU-LEPAGE. Rose-Line est en 3èB48 et sans doute en 6è et 5è ...mais ce sont des photos manquantes...

- garçon DUCROS (comme Michel FRITZ, n'avait que cette année à Pasteur), placé par Catherine

- Alain JOURDAIN sur trombi, placé aussi par Catherine

- Colette LIORET a pourtant fait ses 4 années collège 61-62 6è, 62-63 5A25 , 63-64 4C38 , 64-65 3B42.

Il y a 4 LIORET sur notre listing: 

Chantal avec nous à l'ouverture 59-60 en 6è puis en 5è. Je crois qu'elle était en primaire à la chaussée...mais nous ne l'avons pas retrouvée. Je crois me souvenir que Chantal et Colette étaient sœurs...a confirmer...et c'est tellement difficile de retrouver des filles.

Nous avons les coordonnées de Gérard (a fait ses 4 années) et son frère Michel (primaire puis Durzy, copain de ma bande de quartier).

- reste une inconnue en 2-3

*****************************************************************

Vous qui êtes arrivés jusqu'en bas de cet article:

- vous avez des idées sur les noms de "non retrouvés" ou sur l'inconnue.

- vous souhaitez retrouver des copains de classe perdus de vue depuis...des décennies

- vous aimeriez avoir les coordonnées des "retrouvés" 

écrivez-moi: christianedaire@orange.fr

Bien amicalement.

Partager cet article

Repost0
24 novembre 2017 5 24 /11 /novembre /2017 16:08
CONCERT Dimanche 26 Novembre 2017  -  Eglise Sainte Jeanne d'Arc à ORLEANS
A transmettre autant que vous le souhaitez....
 
Comment s'occuper agréablement : Venez au concert le:
 
Dimanche 26 novembre 16 heures 
à l'église Jeanne d'Arc d'Orléans (Boulevard Guy-Marie-Riobé)                                                    
Pour entendre:         
Dogora : Œuvre contemporaine d'Etienne PERRUCHON

Œuvre musicale pour chœur d'adultes, chœur d'enfants,

solistes et orchestre symphonique.

DOGORA est une œuvre contemporaine d'Etienne PERRUCHON, suite de 21 morceaux, pour une durée de 1h 15, écrites pour illustrer un film documentaire de Patrice Leconte sur le Cambodge. 

Elle a la particularité d'être interprétée dans une langue inventée par l'auteur, «le Dogorien», riche de consonances rappelant les langues slaves mais sans aucune signification. 

L'émotion qu'elle véhicule est donc uniquement musicale.

Avec un fort pouvoir d'évocation, la musique de Dogora parcours des registres très variés au cours des 21 morceaux qui la composent. 

Mélodies souvent d'inspiration populaire, tour à tour gaie, entraînante, dansante, grave ou martiale. 

Si la musique est une commande de Patrice Leconte pour son film, elle s'accommode très bien de vivre seule sans l'image et prend la forme musicale d'un oratorio. 

Elle exprime beaucoup d'émotions, la joie d'une musique lors d'une fête populaire, la nostalgie et la mélancolie au travers d'une valse lente, la plainte et la souffrance d'un drame, l'espièglerie des enfants, un galop trépidant dans une steppe, la voix d'un peuple qui se révolte et bien d'autres choses dont votre imagination vous donnera les clés. 

Rien n'est écrit à l'avance.

La composition privilégie, soit l'ensemble des interprètes dans ses formes les plus grandioses, soit les différentes sous-formations composant l'ensemble: à l'orchestre, quelques instrumentaux, au chœur de femmes, de belles mélodies, au chœur d'hommes des parties de solo très typés, les voix d'enfants répondent au chœur d'adultes ou le complètent.

Plusieurs morceaux sont écrits pour le chœur d'enfants seul dont un avec solistes.

****************************************

L'église Sainte Jeanne d'Arc est sur le boulevard Nord d'Orléans admirons son immense vitrail surnommé Mur-Lumière

CONCERT Dimanche 26 Novembre 2017  -  Eglise Sainte Jeanne d'Arc à ORLEANS
Consacrée en 1967 par Mgr RIOBE, l’église Jeanne-d’Arc est l’une des rares églises contemporaines d’Orléans. Elle mérite le coup d’œil, notamment pour son innovant « Mur-lumière ».
Il aura fallu près de 3 ans pour qu'elle sorte de terre, entre la prison et des immeubles flambant neufs. L'église Sainte-Jeanne-d'Arc et ses courbes modernes font partie du paysage depuis près de 50 ans.
Peu connue des Orléanais, c'est elle qui a accueilli les représentants de toutes les religions, unis dans un moment de recueillement après les attentats.

Cet édifice religieux est, en quelque sorte, la cerise sur le gâteau du quartier Gare naissant, à la fin des années 1950. « L'église locale a estimé qu'il y en avait besoin pour ce nouveau quartier, se souvient François PAUMIER, qui a fait partie de l'équipe de construction. L'ancienne gare se trouvait à l'emplacement de Place d'Arc. Ici, c'était le dépôt de locomotives. »

Dès 1963, la paroisse se constitue. Le prêtre réunit un comité de laïcs qui refuse le projet proposé par l'architecte du quartier et lui préfère celui d'Even et Picard. La première pierre est posée en 1964 : « L'église est bâtie sur les déblais des bombardements. Des pieux sont enfoncés à 17 m ». Elle repose sur un pilier unique, « qui représente le Christ ». La charpente en bois, en spirale, s'élève jusqu'à la croix située à l'extérieur.

Vitrail en polyester

Mais ce qui frappe surtout en pénétrant dans les lieux, c'est cet immense vitrail, comme une fresque jouant avec le soleil. François CHAPUIS, son concepteur, l'a baptisé « Mur-lumière ». Il s'étend de l'entrée jusqu'à l'autel et son procédé est très novateur : le maître verrier a utilisé des plaques de polyester translucide entre lesquelles flottent des éléments et des poudres de couleur.

Les éléments de la Création y sont représentés : l'eau où le bleu domine, au niveau de la fontaine baptismale, puis l'air et les teintes plus sombres de la terre faisant allusion aux difficultés de la vie. Enfin, le feu, de l'Esprit ou du soleil, illumine un mur, à part. Un petit patio permet de rallier le logement dévolu au prêtre, même si ce dernier n'y loge plus depuis des années.

L'église, financée par les paroissiens, a été consacrée en 1967 par l'évêque, Mgr Guy-Marie-RIOBE. Cinquante ans après, elle fait encore bonne figure. Mais son entretien pose problème à une communauté vieillissante et « pas riche ».

Parfois ouverte pour les Journées du patrimoine, des concerts, les offices…

Marie Guibal (République du Centre)

**********************************

Qui est ce jeune compositeur ?:

CONCERT Dimanche 26 Novembre 2017  -  Eglise Sainte Jeanne d'Arc à ORLEANS

ETIENNE PERRUCHON

Étienne Perruchon est un compositeur de musique français, né en 1958, connu principalement pour ses musiques de films.

Etienne Perruchon a composé un grand nombre d'œuvres appartenant à des genres aussi différents que la musique de film, la musique de scène, la musique symphonique, ou la chanson.
Depuis 1981, date de sa première commande, il a signé la musique de nombreuses pièces de Théâtre, dont plusieurs mises en scène par Charlie Brozzoni La grande Parade au cabaret de l'Ange Bleu, prix du « off » à Avignon en 1995 et Éléments moins performants de Peter Turini, spectacle qui a vu la création de son langage imaginaire le dogorien.

Il a collaboré avec le metteur en scène André Engel, dans Le jugement dernierWoyzeck  et  Léonce et Léna, pièce pour laquelle Etienne Perruchon a obtenu le Prix du "Meilleur Compositeur de musique de scène" du Grand Prix de la critique 2001/2002.

Il compose également de la musique de scène pour  plusieurs spectacles de Jean-Louis Benoît dont Le menteur avec Denis Podalydès qui remportera un vif succès à la Comédie Française, ainsi que Un pied dans le crime avec, entre autres, Philippe Toretton et Dominique Pinon.

En 2000, la ville de Chambéry crée Dogora, grande œuvre chorale en dogorien.

En 2003, Patrice Leconte découvre l’œuvre et décide d’en faire un film musical et impressionniste sorti le 10 novembre 2004  Dogora, ouvrons les yeux. Etienne Perruchon se verra décerné le « Mozart de 7ème art » au festival d’Auxerre pour la musique de ce film.

En 2005, Patrice Leconte lui confie la composition de la musique des Bronzés 3

Leur complicité continue à travers des collaborations pour le cinéma ( La guerre des MissVision Pékin ), le théâtre ( Grosse chaleur, Ouh ! Ouh ! ), le théâtre musical ( L’audition ) et plus récemment une comédie musicale en film d’animation d’après le roman de Jean Teulé : Le Magasin des suicides.

Son opéra Pinocchio, inspiré par un livret de son épouse Jeanne Perruchon d’après la célèbre histoire de Carlo Collodi, sera créé en 2009 à St Quentin en Yvelines, puis repris en 2010 par la Maîtrise de Paris.

En 2009, le Musée Historique de Jérusalem et la société Skertzò lui ont confié la composition de la musique du nouveau spectacle permanent du site historique de La Tour de David.

Son épopée dogorienne continue avec la composition de trois nouveaux opus : TchikidanSkaanza et Tzùngati.

En mai 2013, Ariane Mnouchkine et son Théâtre du Soleil ont acceuilli  Dogorians, le spectacle musical écrit, composé et conçu par le compositeur, mis en scène par Bernard Cauchard (Matz-Ek, Maguy Marin…).

2017 a vu la création de deux oeuvres importantes : Dianoura ! et Le 7ème continent.

Musique de film

1988             Grain de ciel, de Manuel Sanchez (court métrage)
1991Les Arcandiers, de Manuel Sanchez
1993La braconne, de Serge Pénard
1994Les enfants du faubourg, de Françoise Decaux
2001Meurtres sous hypnose, et Les percutés, de Gérard Cuq
2003La femme de l'ombre, de Gérard Cuq
2004 Dogora, Ouvrons les yeux de Patrice Leconte
2006 Les bronzés 3 Amis pour la vie, de Patrice Leconte
2007 Le Sanglot des Anges, de jacques Otmezguine avec Ruggero Raimondi
Enfin veuve, de Isabelle Mergaut
2008 La Guerre des Miss, de Patrice Leconte avec Benoit Pooelevorde
Vision Pékin de Patrice Leconte
2009 La Guerre des Miss de Patrice Leconte
2011 Voir la mer de Patrice leconte
2012 Le magasin des suicides de Patrice Leconte (comédie musicale en film d'animation d'après le roman de Jean Teulé).
2016Une Nuit au Grévin de Patrice Leconte
2017La dormeuse Duval de Manuel Sanchez

 

Musique de scène (extraits)

1981      La romance d'Ysengrin, mise en scène Philippe Roman
1989L'histoire merveilleuse de Marco Polo, mise en scène Gil Galliot
1993Don Quichotte ou le voyage des rêveurs, mise en scène Charlie Brozzoni
Le Roi singe, mise en scène Gil Galliot
1995La Grande Parade au Cabaret de l'Ange Bleu, mise en scène Charlie Brozzoni
1996Éléments moins performants, mise en scène Charlie Brozzoni
1997La liberté ou la mort, mise en scène Charlie Brozzoni
1997-1998  Le Magicien d'Oz, comédie musicale, mise en scène Gil Galliot
1998 Woyzeck, mise en scène André Engel
1999-2000 Le temps d'une nuit (comédie musicale), mise en scène Gil Galliot
2001 La tempête, mise en scène de Charlie Brozzoni
Léonce et Léna, mise en scène André Engel
2003 La goutte au Pépère, avec et par Richard Gotainer
Schippel ou le prolètaire bourgeois, mise en scène Jean-Louis Benoît
2003-2004 Le menteur, mise en scène Jean-Louis Benoît
2004 Brass Quichotte, pour quintette de cuivre, mise en scène Didier Bernard
2005Grosse chaleur, de Laurent Ruquier, mise en scène patrice Leconte
2006Le Géant de Kaillass, de Peter Turini, mise en scène Charlie Brozzoni
2010Un pied dans le crime, de E. Labiche. Mise en scène Jean-Louis Benoît
2013Dogorians, de E. Perruchon, mise en scène Bernard Cauchard
2014

Hou ! Hou !, de Isabelle Mergault. Mise en scène Patrice Leconte

Mais aussi: 

 

 

Musique symphonique, vocale et instrumentale (extraits)

1 992                      

         


 

 


 "La danse du fou"

"Le petit Tailleur" cantate pour chœur d'enfants et orchestre

1993« Don Quichotte »
1997« Créaterra » pour 9 percussionnistes et piano
1999« A la recherche de Poséidon »
2000« Dogora » Pour chœur mixte, chœur d'enfants et orchestre (version 1).
2002« Concerto pour percussion et orchestre » dédié à son fils Adrien Perruchon Timbalier solo de l'Orchestre Philarmonique de radio France et de l'Orchestre Philarmonique de Séoul.
2003 « Un grand bouquet blanc » pour le feu d'artifice du 14 juillet de la tour Eiffel
« Capriccio » pour trompette/cor piano et orchestre créé par David Guerrier
2004 « Dogora » (version 2 pour le film de Patrice Leconte)
2005 « 5 danses Dogoriennes » pour timbales et violoncelle
2006 « La petite suite de Dogora » pour Brass-band.
« Les danses de Pokornik » pour trombone solo, clarinette accordéon et contrebasse.
2007 « Rapsodin' » concerto pour deux Euphoniums et Brass-Band.
« Pinocchio » Opéra pour enfants d'après C.Collodi. Paroles et livret Jeanne Perruchon.
2008 « The Song of Jerusalem» Pour chœur mixte, chœur d'enfants et orchestre.
« Libretto ». Concerto pour trombone et Brass-Band, créé par Fabrice Millischer (Victoire de la musique classique 2012)
« Les danses de Presles ». Pour vibraphone solo et trio à cordes.
2009 « Tchikidan ». Suite dogorienne pour chœur d'enfants et orchestre.
2010« Skaanza ». Grande suite populaire dogorienne pour choeur et orchestre.
2013« Dogorians » et « Tzùngati »
 « Gloria » pour choeur mixte, orgue et percussions
2016« 3 complaintes dogoriennes » pour voix de femmes a capella
2017« Dianoura ! » Cantate dogorienne pour choeur d'enfants et orchestre. Commande de Radio France créé par L'orchestre Philharmonque et la maîtrise de  radio France, 200 enfants d'Orchestre à l'École. Dir. Adrien Perruchon
 « Le 7èeme continent » Opéra.  créé à Saint Nazaire par les cham et Chad et le choeur de l'Alunéa. Dir. Yann Le Néchet

Vous habitez l'Ouest du Loiret ? 

Vous avez l'opportunité d'aller à Orléans ?

N'hésitez pas: aller au concert dimanche après-midi, vous ne le regrettez pas.

CONCERT Dimanche 26 Novembre 2017  -  Eglise Sainte Jeanne d'Arc à ORLEANS

Partager cet article

Repost0
1 novembre 2017 3 01 /11 /novembre /2017 13:54
Nadine ROUSSEAU (ceg 65-69) nous donne des nouvelles de son frère, grand voyageur

Bonjour à tous,

Mon frère est de retour d'Ouganda.

Voici le nouveau film de "Pépi" avec plein de nouvelles marionnettes.


N'hésitez pas à partager le lien avec vos contacts.

Nadine

-------- Message transféré --------
Sujet :pepi en ouganda
Date :Tue, 31 Oct 2017 20:36:01 +0100
De :Jean-Paul ROUSSEAU <jean-paul.rousso@orange.fr>
 
Bonjour,
ça y est, Pepi est revenue d’Ouganda,
elle est désormais sur les traces d’Abou...

Depuis plusieurs années, le frère de Nadine produit des mini-films mêlant les vraies images à des animations. (avec son petit personnage Pépi)

Après le Cambodge, le voici de retour d'Ouganda. 

Si vous ne pouvez atteindre directement l'adresse indiquée ci-dessus, vous la sélectionnez, copier puis coller dans un autre onglet.

Vous arriverez sur youtube avec 41 propositions

De quoi faire un grand périple (surtout Asie et Afrique)...et un peu d'Europe et 3 en France.

**********************************************

J'ai lu que Pepi pouvait dire "Partage d'Expérience et Pratique en Informatique"

Pépi 1er appartient à l'Antiquité égyptienne (Fils du roi Teti 1er et de la reine Imput 1er). VIème dynastie installé près du deltat du Nil...au nord du Caire

Il régnera de 2289 à 2255 (avJC), colonise la Nubie, mène une politique d'extension vers le Sud. 

Pépi 1er serait le premier enterré à Saqqarah ( pyramide )

Vos infos nous permettent de découvrir de "nouveaux horizons" ou

partir à la recherche d'infos....

Faites en profiter vos enfants ou plutôt vos petits-enfants....

Notre site est à votre disposition.

Nadine ROUSSEAU (ceg 65-69) nous donne des nouvelles de son frère, grand voyageur

Partager cet article

Repost0
23 octobre 2017 1 23 /10 /octobre /2017 14:56
Coup de coeur d'Amélie NOTHOMB pour le dernier roman de François SZABOWSKI

***********************

François SZABOWSKI est né en 1977.

Né d’une mère russe et d’un "père moustachu", il a travaillé comme fleuriste, menuisier, archiviste au service des Phares et Balises et aide à domicile auprès de personnes âgées, avant de se reconvertir dans l’écriture de romans.

Après avoir fait paraître quelques nouvelles en octobre 2010 dans La Revue littéraire, il a publié depuis 2011 deux romans aux Éditions Aux forges de Vulcain : Les majorettes, elles, savent parler d’amour, et Les femmes n’aiment pas les hommes qui boivent.
Son dernier roman, Il n’y a pas de sparadraps pour les blessures du cœur, vient de paraître en juin 2013.

 

Il a également publié un recueil de nouvelles, Une larme de porto contre les pensées tristes, et un récit texte-photos en collaboration avec Anna Streese, Silhouette minuscule, dans la collection Numériques des Éditions Aux forges de Vulcain en mars 2013.

 

Parallèlement à son travail de romancier, François Szabowski développe un curieux travail de plasticien autour des puzzles et des photogrammes.

Coup de coeur d'Amélie NOTHOMB pour le dernier roman de François SZABOWSKI

François SZABOWSKI est très jeune (plus jeune que nos enfants).

En 2008, 2009, j'avais émis l'idée de faire un mémoire sur le "devenir" de ces collégiens que nous étions...Le temps a passé...Ceux qui ont fait l'ouverture sont septuagénaires. 

Si vous avez des enfants, des petits-enfants qui s'illustrent dans quelque domaine que ce soit, notre site est à votre service.

...Ce garçon ressemble tellement à son grand-père qu'il n'a vraisemblablement pas connu...

Partager cet article

Repost0
20 octobre 2017 5 20 /10 /octobre /2017 10:58
19 octobre 2017 ORLEANS une merveilleuse rencontre entre Amélie NOTHOMB et Deborah CREFF

**************************************************

En 2005, Déborah CREFF, une étudiante à la faculté de lettres d'Orléans,

rédige son mémoire de master sur l'œuvre d'Amélie NOTHOMB.

Douze ans plus tard, (c'était en septembre dernier), elle décide finalement de le lui envoyer,

sans se douter de la réaction de l'auteur aux millions de livres vendus...

 

Une jolie histoire précède la venue de l'écrivain d'Amélie NOTHOMB à Orléans, ce jeudi après-midi. Et on la doit à l'origine à une étudiante, alors en master 2 de lettres modernes à l'université d'Orléans, mais en 2005. 

Déborah a aujourd'hui 35 ans et, en septembre dernier, douze ans après, "sans trop savoir pourquoi, je décide d'envoyer mon mémoire à sa maison d'édition Albin-Michel".

On l'aura compris, les 200 pages de ses travaux universitaires portent sur celle qui, cet après-midi, dès 15 heures, débutera l'instant "dédicace" de son dernier roman (Frappe-toi le cœur) à la Librairie nouvelle

« Je crois qu’à l’époque, je n’avais pas assez de courage en moi pour affronter le jugement de celle que je considérais alors comme mon amie de papier.

Je dévorais tous ses romans et avais le sentiment que sa littérature faisait partie de moi, qu’elle était ancrée au plus profond de mon être, comme si nous étions devenues intimes l’une et l’autre. » 

Et puis le courage arrive avec les années, et Déborah poste son mémoire avec un léger retard, « L’Image du corps dans l’œuvre d’Amélie Nothomb ». 

« Chaque jour, tu étais là, dans mes pensées, dans mon cœur.

J’ai passé des mois à effectuer des recherches sur ton œuvre à la médiathèque et des soirées à lire et relire tes phrases, à les décortiquer, les analyser… », lui écrit-elle dans cette lettre jointe au mémoire - à n’en pas douter, l’un des tous premiers portant sur l’auteur d’Hygiène de l’assassin ou de Stupeur et tremblements.

"Vous êtes une très belle personne"

C'est alors qu'Amélie Nothomb fait du Amélie Nothomb.

Elle répond à Déborah. « Un matin, alors que j’étais au travail, elle m’a appelée et m’a laissé un magnifique message sur mon répondeur, j’en avais les larmes aux yeux », confie l’éternelle admiratrice de l’oeuvre de l’auteur belge. 

« Chère Déborah, vous m’avez écrit le 18 septembre une très belle lettre qui m’a profondément touchée, et vous l’avez accompagnée de votre mémoire que j’ai lu avec émotion et admiration.

Je suis très impressionnée (…), c’est un très grand cadeau que votre lettre et votre mémoire (…), vous êtes une très belle personne, je vous embrasse, et vous remercie du fond du cœur. »

Courts passages du message bienveillant de l'écrivain à sa lectrice de toujours

....« Amélie est connue pour répondre à tous ses fans, mais plutôt par courrier, je guettais donc la boîte aux lettres un peu bêtement », confie celle qui vit aujourd’hui près de Montargis.... Je ne m’attendais vraiment pas à ce qu’elle me téléphone.... Mais ce fut en message privé, je n’ai donc pas pu la rappeler pour la remercier, lui parler quelques instants. »...

Un ultime regret qui pourrait bien être effacé ce jeudi après-midi, Déborah se promettant de tout faire - malgré la distance, un emploi du temps chargé et un affreux mal de dos dû à l’enfant qu’elle porte aujourd’hui en elle - pour être de la marée de fans venus rencontrer Amélie Nothomb.

Une écrivaine rare, en ce sens - et elle le prouve encore aujourd’hui - qu’elle s’applique toujours à rendre à ses lecteurs l'amour qu’ils lui témoignent depuis sa naissance à la littérature. 

19 octobre 2017 ORLEANS une merveilleuse rencontre entre Amélie NOTHOMB et Deborah CREFF
19 octobre 2017 ORLEANS une merveilleuse rencontre entre Amélie NOTHOMB et Deborah CREFF

**************************************************

Parcours de Déborah CREFF:
Etudiante en master littérature française et comparée

à la faculté d'Orléans en 2004-2005,

Déborah CREFF a rédigé, au cours de son cursus universitaire, un mémoire sur

"l'image du corps de la femme dans l'oeuvre d'Amélie NOTHOMB".

car elle avait une grande admiration pour cette romancière et elle dévorait tous ses bouquins dès leurs sorties en librairie.

Elle la savait très sympathique et très proche de ses lecteurs.

**************************************************

Après un master de journalisme dans une école de communication à Paris, Déborah devient correspondante de presse à la "République du Centre" et à "l’Eclaireur du Gâtinais" de Montargis puis chargée de communication pour la ville de Chalette-sur-Loing.

En 2008, elle exerce son métier de journaliste dans une radio locale "Radio Chalette" devenue "C2L Radio" en 2013 et en devient la directrice d'antenne en 2015.

Déborah a également donné durant cinq ans entre 2009 et 2014 des cours de communication écrits et oraux à des étudiants à l’université d’Orléans.

19 octobre 2017 ORLEANS une merveilleuse rencontre entre Amélie NOTHOMB et Deborah CREFF
19 octobre 2017 ORLEANS une merveilleuse rencontre entre Amélie NOTHOMB et Deborah CREFF

**************************************************

12 ans après avoir présenté son mémoire de master (et terminé ses études), 

Déborah décide d’envoyer son mémoire à l'éditeur d'Amélie Nothomb.

C'était en Septembre dernier.

Non seulement l'éditeur a transmis rapidement à l'auteur

mais Amélié Nothomb a immédiatement lu (le mémoire de 200 pages) puis téléphoné à Déborah.

 

        Imaginez la merveilleuse rencontre lors de la séance de dédicaces à Orléans.

 

Nous avons la chance d'avoir un site où nous sommes entre nous

(notre jeunesse montargoise dans les années 50-60).

 

Partageons nos souvenirs...mais aussi les événements importants

qui marquent notre vie et celle de nos familles.

**************************************************

19 octobre 2017 ORLEANS une merveilleuse rencontre entre Amélie NOTHOMB et Deborah CREFF

Partager cet article

Repost0
15 septembre 2017 5 15 /09 /septembre /2017 10:19

 

Ici en 1808.

Voici l'adresse de l'Amicale des Anciens Élèves de l'Institution Saint Louis:

http://www.institution-saint-louis-montargis.fr/

Dès les 1ères lignes, je découvre qu'ils recherchent des documents :

"Bulletin 2017 :  Nous recherchons des articles et/ou documents pour la période 1945 à 1965 à propos du pensionnat Saint-Joseph, Place des Récollets... les anciennes !  A vos plumes et aussi vos archives sur "Saint Jo" nous intéressent (numérisation). "

Comme nous avons fait des miracles avec nos recherches nominatives...Pourquoi ne pas aider ceux que nous avons connus ?.

A notre époque, à Montargis, les "écoles libres" comme nous les appelions, étaient nombreuses: 

- 2 pour les filles sur la place où habitait M.Lavicher (notre organiste): Ste Agnès ? et ??

- Les garçons allaient à Saint Joseph et bien sûr le château.

N'avons-nous pas eu des copains, des voisins qui allaient à St Jo ?...

La génération de nos parents a presque totalement disparu, mais il reste peut-être encore des personnes qui pourraient aider cette amicale. 

Si oui, prenez contact directement avec eux...mais possible aussi de me mettre un mail pour que je puisse écrire sur notre site que notre amicale est toujours capable de faire des miracles.

D'après  Jacques Androuet du Cerceau vers 1565

et maintenant en 1982:

*************************************************************************************

Autre sujet qui n'a rien à voir: 

En sept 2019, cela fera 10 ans que nous avions organisé notre "cinquantenaire" de la création du CEG, (et 40 ans de sa disparition), malheureusement autour de nous, les disparitions sont nombreuses: nous sommes en effet toujours dans cette affreuse zone de turbulence (de 58 à 72 ans).

Que pensez-vous de l'idée de faire une nouvelle réunion en sept 2019?

Mais là, ce sera comme je l'avais pensé initialement, seulement l'après-midi, rien à payer, pas de lourdes organisations. 

Il nous suffira de réserver la cour et la salle Pasteur auprès des personnes compétentes...et bien sûr faire paraître des articles sur l'Eclaireur

*************************************************************************************

Partager cet article

Repost0
3 juillet 2017 1 03 /07 /juillet /2017 10:17
Catherine en 62-63 5A, puis 63-64 4C et 64-65 3B
Catherine en 62-63 5A, puis 63-64 4C et 64-65 3B
Catherine en 62-63 5A, puis 63-64 4C et 64-65 3B

Catherine en 62-63 5A, puis 63-64 4C et 64-65 3B

...Le 9 Septembre 2009, 50 ans plus tard...Nous l'avions immédiatement reconnue

Le 9 septembre 2009, Catherine (ici avec Nelly Cousin) faisait partie des 500 anciens de Pasteur
Le 9 septembre 2009, Catherine (ici avec Nelly Cousin) faisait partie des 500 anciens de Pasteur

Le 9 septembre 2009, Catherine (ici avec Nelly Cousin) faisait partie des 500 anciens de Pasteur

Quel merveilleux souvenir que ce cinquantenaire

Grace au talent de Régis, nous pouvons encore en "profiter" en égrenant toutes les photos mis sur notre blog. Il faudrait renouveler cette extraordinaire aventure.

Heureusement que nous avons fait ces "retrouvailles" en 2009, car nous sommes tous dans une période de grandes turbulences...on dit que passés 72, 75 ans...nous allons retrouver un peu de calme...Il est rare de dire qu'on aimerait avoir quelques années de plus...

En attendant, soyez vigilant, faites vous suivre.....

******************************************************************

Je suis déçue de ne pas retrouver de photos de primaire...alors que j'avais le souvenir de Catherine à la chaussée (ou à Gambetta) mais notre blog est en priorité celui de "Pasteur" donc pour perpétuer le souvenir de Catherine, nous allons revoir ses 3 années CEG.

M.LABRETTE, remplaçant M.BOURGON comme directeur en septembre 62, avait eu la judicieuse idée de demander à la "photographe officielle" de lui faire un album de toutes les classes, et Sylvie LABRETTE-LEVESQUE nous ayant remis ces albums, notre blog peut s'enorgueillir d'avoir toutes les photos de classe de 62 à 70.

Nous ne savons pas si Catherine était arrivée en 6è l'année précédente, a moins qu'elle ne fasse partie des ceux qui étaient restés en primaire, puis directement placés en 5è ?

Vous êtes nombreux à vous souvenir de Catherine, l'un de vous va (je l'espère) me mettre un mail pour répondre à mes interrogations.

Nous ne verrons plus &quot;Notre&quot; souriante Catherine DELAMARE ép BACHET (62-65).

1.1  Maryse CASTAGNETTI-LeDRUILLENNEC  1.2 Martine CHARTIER-BOURREAU - 1.3 Denise GAUCHER-TALVARD – 1.4 Jean-Michel KACZINSKI – 1.5 Jean-Pierre COLAS – 1.6 Daniel BALUSSAUD – 1.7 Catherine DELAMARRE – 1.8 Joelle MERIGON-LeROC'H

2.1 Jean-Jacques LEFEVRE – 2.2 Sylviane BRUN-GUIGNON) – 2.3 Monique DUNIS-VILLOIN – 2.4 Françoise ROUSSEAU-RICARD – 2.5 Colette LIORET – 2.6 Christiane VAILLANT-FAUVERTEIX – 2.7 Chantal PAYELLE (serait sur le 45??) – 2.8 Michel TRAVELY

3.1 Dominique FILLION-AMOROS - 3.2 Yves BOUSSELLIER – 3.3 Jean-Claude CEZEUR – 3.4 Alain BOURBON – 3.5 Gérard BLONDEAU – 3.6 Claude BLIN (dc) – 3.7 Marc PRET - 3.8 Jean-Michel HOUY – 3.9 Martine GAUGIRAN-MILA

Dans cette classe, seules 2 coordonnées non retrouvées.

Nombreux sont restés ou sont revenus sur la Région de Montargis. Vous étiez nombreux en 2009.

Beaucoup ont changé d'adresse-mail...et ont oublié de nous le signaler.

Nous ne verrons plus &quot;Notre&quot; souriante Catherine DELAMARE ép BACHET (62-65).

 

1.1 Alain TOLUBAIV – 1.2 Michel FRITZ – 1.3 Jean-Claude BARRIER – 1.4 Patrick STAUDER - 1.5 Jean-Claude AVRIL

2.1 Martine CHARTIER-BOURREAU – 2.2 Catherine DELAMARRE-BACHET – 2.3 X X – 2.4 Monique BEAUDENON-COUSIN – 2.5 Nicole CLAUSE-CLEMENT – 2.6 Christiane BILLART-HARRY 

 3.1 Christian DUCROS (placé par Catherine DELAMARE) – 3.2 Michel VIGNERON – 3.3 Alain JOURDAIN (placé par Catherine DELAMARE) – 3.4 Philippe COTTET (dc) – 3.5 Danièle COUDRAT – 3.6 Christiane VAILLANT-FAUVERTEIX – 3.7 Rose-Lise CHAMBON-JAHIER – 3.8 Colette LIORET

Catherine avait placé 2 garçons dont nous n'avons pas retrouvé les coordonnées.

Reste un visage sans nom (juste à coté de Catherine) et 4 noms sans coordonnées

Nous ne verrons plus &quot;Notre&quot; souriante Catherine DELAMARE ép BACHET (62-65).
  1. – 1 Alain JOURDAIN (placé par Catherine DELAMARE) - 1.2 ?? – 1.3 Patrick STAUDER – 1.4 Alain BROUILLARD – 1.5 J.Claude AVRIL
  2.  1 Philippe COTTET (dc) – 2.2 Françoise COLLUMEAU-ROUSSEL – 2.3 Annie ANCIAN-QUERE – 2.4 Bernadette BEAUDENON-THYSSENS – 2.5 Monique DUCHE-DOIZON – 2.6 Martine CHARTIER-BOURREAU – 2.7 Alain TOBUBAIV
  3. 1 Françoise COMPIN-TOISER – 3.2 Claudine GIRARDEAU – 3.3 Nadine GIRAULT – 3.4 Jocelyne GUEMAS – 3.5 Jeanine LESAGE – 3.6 Nelly COUSIN – 3.7 Catherine DELAMARE-BACHET –3. 8 Christiane BILLART-HARRY
  4. 1 Nicole LESAGE – 4.2 Colette LIORET – 4.3 Christiane VAILLANT-FAUVERTEIX – 4.4 Jacqueline BISSONNET – 4.5 Noëlle SIMON-POIRIER – 4.6 M.Thérèse MEDINA-DUCROCQ (dc) – 4.7 Evelyne LIGER – 4.8 Rose-Lise CHAMBON-JAHIER – 4.9 Mme BRUNET professeur

Un visage sans nom, 6 noms sans coordonnées. Celles ou ceux qui souhaitent faire des recherches sont les bienvenus.

Les disparitions sont toujours injustes.

La vie passe tellement vite...

Profitez pleinement de chaque instant et prenez soin de votre santé.

Beaucoup de difficultés depuis que l'administration du site a été modifiée. des heures à faire, refaire...sans que cela corresponde à ce que j'avais écrit...même si c'est lisible....

je recommencerai......M'excuse auprès de nos lecteurs...

Si l'un de vous peut m'aider (pour écrire) mais aussi pour toutes propositions de noms, coordonnées, ne mettez pas  de commentaires, écrivez-moi directement: christianedaire@orange.fr               

Partager cet article

Repost0
4 janvier 2017 3 04 /01 /janvier /2017 15:11
Le Musée GIRODET s'enrichit d'une oeuvre d'un élève du maitre.
********************************************
La "Société des Amis du Musée GIRODET" de Montargis a beaucoup œuvré depuis les abominables inondations.
 
Nombreuses associations se sont mobilisées.
Beaucoup d'argent récolté...mais encore beaucoup d’œuvres à restaurer.
La ré-ouverture du musée initialement prévue pour cet été, est repoussé à la fin de l'année..ou plus surement en 2018...
 
Cependant, grâce à la Société des Amis du Musée, ce dernier pourra présenter ce joli tableau de Fortuné DUFAU.
 
Pour votre information, voici ce que j'ai trouvé sur ce peintre:
Fortuné Dufau, né à Saint-Domingue vers 1770, mort à Paris le 18 juin 1821, est un peintre néoclassique français.
Peintre d'histoire, Fortuné Dufau est l'élève de Jacques-Louis David. 
À son entrée dans l'atelier, David charge Anne-Louis Girodet de former Dufau
Après son apprentissage, il poursuit sa formation artistique en Italie. 
Soldat réquisitionnaire pendant la Révolution, il est fait prisonnier en Belgique, et est déporté en Hongrie.
De retour en France, il expose au Salon de 1801 à 1819.
 En 1803, il fait partie des peintres choisis par Dominique Vivant Denon, pour faire le portrait officiel du premier Consul Bonaparte. 
Il est l'auteur d'œuvres comme Saint Vincent de Paul remplaçant un galérien, Ugolin dans sa prison (1808), Gustave Wasa haranguant les Dalécarliens (1819) et Napoléon faisant restituer les objets pillés par ses soldats en Égypte. 
Comme portraitiste, on lui connaît un portrait d'Alfred et Paul de Musset enfants (1815) conservé au musée Carnavalet à Paris. 
À la Restauration, il est nommé professeur de dessin à l'école de Saint-Cyr. Après avoir quitté cette fonction, il meurt dans la misère en 1821.
 
Le Président et le Trésorier de cette association sont, comme nous, d'anciens élèves.
Jeff GANNAT est le cousin de notre Anne Marie.
Restés sur la région, ils continuent à faire connaitre le patrimoine de "notre" Montargis.

Prenez contact avec eux si vous souhaitez faire des dons (déductibles fiscalement) et/ou voir votre nom inscrit parmi les donateurs.

Les montargois peuvent s'arrêter à l'adresse indiquée.

Les plus éloignés peuvent envoyer un chèque à l’ordre des "Amis du musée Girodet
  Amis du musée Girodet   
 2, Fg de la Chaussée    45200 - Montargis.
Le reçu fiscal sera émis ultérieurement.
 
Vous pouvez tous consulter le très beau site officiel du musée http://www.musee-girodet.fr
Il n'est pas mentionné qu'il est fermé pour travaux depuis 2012...mais l'iconographie et la présentation sont superbes.
 
********************************************
 

Partager cet article

Repost0
21 septembre 2016 3 21 /09 /septembre /2016 16:49
Triste nouvelle Jacques MARTIN 6è en 59
Triste nouvelle Jacques MARTIN 6è en 59

Jacques MARTIN faisait partie des 40 premiers élèves de l'unique 6è du Cours Complémentaire (devenu 2 ans plus tard le CEG Pasteur).

C'était un montargois depuis toujours, à commencer par cette photo en maternelle à Girodet. 

Photo sur laquelle on retrouve de nombreux visages reconnus dont:

- son copain Michel BARAGLIA (avec qui Jacques a dû faire toutes ses "primaires" à Pasteur),

- puis Jacques retrouvera dans "notre" 6è de 59-60 Danièle GUILTAT, Anne Marie GANNAT.... Nicole RADOUAN rejoindra Pasteur l'année suivante.

N'y a-t-il pas également dans cette classe, Danièle ROSE (épouse de Maurice LAGRAVE) qui fut dans notre CM2 de 58-59 avec Mme Cressant ? Tous les 2 nous ayant beaucoup aidés lors de notre réunion de septembre 2009.

1959-60 "la" 6ème

1959-60 "la" 6ème

Jacques est devenu pour beaucoup Jacky.

Nous l'avons revu lors du cinquantenaire.

hasard: il occupe la même place: en haut à l’extrême droite

Elèves de "la" 6è présents en sept 2009 avec Mle Lacoume (devenue Mme VASSORT)

Elèves de "la" 6è présents en sept 2009 avec Mle Lacoume (devenue Mme VASSORT)

Triste nouvelle Jacques MARTIN 6è en 59

Rappelons les noms de cette classe. Hervé Garcia est le seul dont nous n'avons pas retrouvé de coordonnées

1.1 Jean-Paul MICHAUT - 1.2 Jean-Paul SOLA - 1.3 Christian FOUILHOUX
2.1 Hervé GARCIA - 2.2 Jacques MARTIN - 2.3 Philippe GATIEN - 2.4 Jean- Michel BESSE - 2.5 Jean-Pierre BLIN - 2.6 Michel DELCROIX - 2.7 Jean-Pierre FADET
3.1 Christian LACOSTE - 3.2 Jean-Claude LEDEY - 3.3 Robert GAZUT - 3.4 Michel BLONDEAU - 3.5 Claude MOUNIER - 3.6 Alain FARNAULT - 3.7 Jean- Louis NAILLAT - 3.8 Jacky BERNU - 3.9 Jean-Jacques MERCIER

C'est la disparition brutale début 2007 de J.Pierre BLIN (précisément dans cette 4è M mariée avec Francette PETAT dès 1969) qui m'a fait prendre conscience que je devais essayer de retrouver la trace de ceux qui avaient marqué les années les plus importantes de ma jeunesse.

Ce projet initialement "souhaité" pour nos 4 années...m'a totalement dépassé et tous ceux qui ont été "à Pasteur" ont demandé à faire partie de cette "aventure"...

Je repense toujours à un mail reçu de ??... "ma pauvre Christiane, tu ne te rends pas compte...tu vas te retrouver avec plus de 600 noms"...

En 2009 notre listing était fort de plus de 1.100 noms et...avec 800 coordonnées retrouvées.

Ce projet n'aurait pu être couronné de succès sans l'aide initiale de Robert GAZUT (toujours cette même classe 4èM qui d'ailleurs inaugurait cette spécificité)

puis l'aide extrêmement précieuse de très nombreux restés Montargois(es), mais aussi

la compétence technique de Régis LIGER qui a fait de ce site, un exemple que beaucoup d'établissements scolaires nous envient.

Elèves de la 4èM de 62-63 présents en sept 2009

Elèves de la 4èM de 62-63 présents en sept 2009

Message reçu de Maurice LAGRAVE (après la 1ère publication de cet article) :

C’est vraiment une triste nouvelle pour notre Jacky que j’avais revu avec un grand plaisir lors de notre rassemblement de 2009, surtout que j’avais travaillé avec lui du temps des Laboratoires EGIC, puis SYNTHELABO … nous étions donc souvent ensemble à l’époque.

En septembre 2009, nous avions également fait une photo avec quelques camarades de la 4ème M, classe dans laquelle il nous avait accompagnés (je te joints cette photo pour mémoire).

Nous ne sommes pas encore très vieux, mais la maladie fait malheureusement ses habituels dégâts, en n’épargnant personne …

 

CD: Jacques était en effet resté sur l'agglo où il a fait toute sa carrière professionnelle. 

Lorsqu'en septembre 2009, nous l'avons revu, il était resté lui-même.... franchement, 60 ans plus tard il n'avait pas changé....même si ses cheveux étaient devenus blancs, on le reconnaissait aisément.

Chantal DELCROIX (pour vous Chantal COUR) m'a informée de cette triste nouvelle en parlant "des suites d'une longue maladie" 

En 2009, nous étions ravis de nous retrouver après si longtemps; ravis de savoir que nous étions nombreux a avoir eu la chance d'avoir égrainé plusieurs décennies. 

Malheureusement beaucoup trop ne sont plus là aujourd'hui...Cette "affreuse zone de turbulences" (entre 58 et 70 ans) où de lourdes pathologies se déchainent... 

Wiiliam CREFF, dès 2008, après avoir dressé le portrait (écrit) de ses 39 copains de classe (onglet de droite "nos grands baraqués"), avait fait plus de 80 caricatures (dans le dossier des photos de classe, au dessus des articles publiés). William nous avait offert l'original à la réunion de sept 2009. Nous garderons cette image.

Je l'ai écrit, je le repète: surveillez-vous...mais aussi profitez de chaque jour.

Triste nouvelle Jacques MARTIN 6è en 59

Partager cet article

Repost0

Articles Récents

  • Classes primaire Gambetta
    Après ce long mutisme, il parait nécessaire de continuer à faire vivre notre site. L'an dernier, sur demande, un article était paru pour les primaires Pasteur...quel plaisir d'y retrouver des visages familiers...copains (d'avant-avant-hier!!), j'ai pensé...
  • Qui connait le prénom de METRIER (ou MAITRIER) Classes primaires à Pasteur
    D'accord, nous ne sommes pas sur les 10 années d'existence de notre CEG...mais notre site accueille toutes les demandes...et, je suis très fière de constater que, grâce à vous, toutes nos recherches sont couronnées de succès...j'espère qu'il en sera de...
  • Recherchons Michèle, qui était coiffeuse à Amilly dans les années 60.
    Nouvel exploit à réaliser....comme toutes nos recherches ont été couronnées de succès (y compris la dernière avec l'abbé Gallerand)... nous devons essayer... Voici un extrait du mail reçu le 2 décembre: « Bonjour, je recherche dans le cadre d'une filiation,...
  • Primaire Pasteur 1954-55, CE1 (?), noms proposés par Michel BOURGUIN
    1er Rang : 1 Serge POIRIER – 2 Jean Claude BOSSARD – 3 Pierre GIE – 4 Serge BIKIALO - 5 ? -6 Jean Claude CUGUEN 2ème Rang (debouts): 1 Claude BEZILLE - 2 Jean Claude METIER – 3 Robert DANIEL -....- 8 Michel LACHAUME – 9 CAILLIET – .. - 11 JACQUEMONT 3ème...
  • 1953-54 CP1 Pasteur, noms proposés par Michel BOURGUIN
    1er Rang : 1 Jacques MILOT – 2 HEIM – 3 VERSOGNE – 4 Daniel QUENON – 5 Jean Claude LELOUP – 6 Alain BEZAULT – 7 CHEVRIER – 8 Jean Louis GAUGIRAND – 9 Michel KNOPP 2ème Rang : 1 Jean Paul CORRIGE – 2 GUET – 3 Michel BORNE – 4 LARCHER – 5 TALLES – 6 Christian...
  • Primaire Pasteur 1953-54, noms proposés par Michel BOURGUIN
    1er Rang : 2 Daniel QUENON – 6 Alain DEDOURS – 8 LARCHER – 9 Michel LACHAUME 2ème Rang : 3 LAUDEY – 7 LEPROUX – 9 LEGUMINA 3ème Rang : 4 HAMARD – 7 Yannick GINZE – 8 Michel GIRAUDON – 9 Yvon DUSSOULIER - 11 MIAUDON 4ème Rang : 1 VIE – 2 Jean Claude BOSSARD...
  • Primaire Pasteur: 1952-53 CP classe de M.CONTANT proposée par Michel BOURGUIN
    Rang 1 : 2è Serge POIRIER – 7è Jacques MILOT Rang 2 : 2è Jean Pierre PAJOT – 4è GODIN – 6è Yvon DUSSOULIER – 7è Michel LOISEAU Rang 3 : 1er Patrick DAUTREAU – 2è J.Claude BOSSARD – 3è LECUYOT Rang 4 : 1er VERSOGNE – Jean Paul CORRIGE Mille merci à Michel...
  • Primaire Pasteur vers années 56, 57 ou 58
    Grace à Monique BIKIALO (qui a reconnu son frère), puis J.Pierre RIMBERT (qui propose 3 noms), et maintenant Michel BOURGUIN , cette classe est presque complète. (il ne manque que l'année) 1- 1 ?? - 2 François ROBLIN – 3 Jean Claude METIER – 4 Serge POIRIER...
  • Photos de Primaire sans doute 1957- 58, nombreux noms proposés par Michel BOURGUIN
    Initialement j'avais pensé à 1958-59 CM2 ou cours supérieur ...mais Michel BOURGUIN propose 1957-58 classe de M. MIKOSKI...et il a forcément raison En plus il retrouve de nombreux noms: parfois avec des prénoms différents, j'avais reconnu Michel BARAGLIA...
  • Qui a connu l'abbé GALLERAND, curé à Montargis autour des années 70 ?
    Demande tout à fait inhabituelle....mais nous avons déjà fait des miracles. Un voisin tourangeau sachant que j'avais passé mes 20 premières années à Montargis m'a demandé si j'avais connu l'abbé GALLERAND.... J'ai questionné ceux qui avaient connu cette...