Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
/ / /
Danielle MENARD et Brigitte LECLERC: En 1959, la déferlante de la mode MINI, n’avait pas fait ses ravages sur l’hexagone et le chanteur Jacques DUTRONC, illustre inconnu, ne nous serinait pas les oreilles avec sa chanson « Miniminimini ».
Et pourtant, nous avions dans notre classe, deux MINI camarades, Danielle MENARD et Brigitte LECLERC.
Elles étaient inséparables et partageaient la même table devant le bureau de Mlle.LACOUME.
Leurs tailles de poupées les obligeaient à se mettre aux premières loges, sur le devant des rangs, les fonds de la classe ou les extérieurs étant réservés aux MAXI élèves, tels Nadine CORNET, Danielle SAUVAGE, Martine MIGNON ou Michel BARAGLIA.
Danielle et Brigitte sont très vite devenues les mascottes de l’école. A la récréation, Brigitte était toujours scotchée au bras de Danielle et portait de belles robes rose bonbon. Danielle en portait des vertes ou des bleues. Toujours ensemble, elles étaient reconnaissables entre mille et il était facile de les repérer, au beau milieu de la cour, sous les platanes ou aux abords du préau. 
Toutes deux étaient les coqueluches des « grands » de chez M. COSSON. En 6ème, pendant les récréations, des élèves tels Jean-Claude CUGUEN et Joël JONDEAU, se rapprochaient d’elles pour faire connaissances. Trop jeunes, elles prenaient leurs distances et se réfugiaient sous les verrières, à deux pas du groupe de maîtres et maîtresses qui discutaient à proximité de la cloche. En 4ème, moins farouches, elles profitaient des séances de Ciné-club, pour cultiver des relations plus rapprochées avec ces mêmes «  grands ». On pouvait alors les voir rôder vers le préau, avec leur petite cour aux trousses.
Brigitte avait une coquetterie à l’œil, un très léger strabisme à l’œil droit qui ne portait pas ombrage à son charme. Elle était moins hardie et moins souriante que Danielle. Elle lui tenait toujours le bras pour se sécuriser.
Danielle avait un caractère plus ouvert et une voix très franche. Elle était très naturelle et n’était pas avare de sourires.
 Comment ne pas succomber à leur charme ? Sans elles, la classe aurait été différente, plus triste peut-être ? Mlle LACOUME était séduite par ces deux élèves aussi mignonnes l’une que l’autre, mais pouvaient-elles détrôner Jean-Yves TRICOT ? Personnellement, j’en doute fort, car pour avoir parlé de « Sa Classe » à notre Amie Christiane, cinquante ans plus tard, notre maîtresse n’avait le souvenir que de certains élèves et plus particulièrement du beau Jean-Yves comme elle le surnommait encore, «la gourmande».
Danielle et Brigitte avaient un talent certain pour le mime. Leurs places, devant le tableau noir, les mettaient aux premières loges pour assister au spectacle des élèves qui venaient dire leur récitation ou répondre aux questions de la maîtresse. Et du spectacle, il y en avait. Entre ceux qui récitaient du par cœur, sans buter une seule fois sur un mot ou une syllabe et d’autres qui, pris de trac, avaient des trous de mémoire pas possible ou  ceux encore qui n’avaient rien appris du tout et qui se payaient le culot de dire à la maîtresse :
«Je croyais que c’était pour demain, Mademoiselle».
S’en suivait alors la fameuse et percutante réplique :
« Et  celle là, elle est pour demain, peut-être ? »
Si le culot avait ses limites, la ponctualité, elle, avait ses exigences que Mlle LACOUME mettait un « poing » d’honneur à respecter dans les plus brefs délais.
Sacré Joël, car c’est bien de toi dont il s’agit, elle était un peu lourde ton excuse. La prochaine fois, il faudra trouver autre chose, dans le genre : « Je l’avais apprise pour avant-hier et aujourd’hui, je ne m’en souviens plus ». Peut-être que cela aurait mieux marché ?
A ceux qui avaient des trous de mémoire, Danielle profitait de l’inattention de la maîtresse pour leur articuler chaque syllabe du texte.
Combien d’élèves ont ainsi sauvé leur moyenne grâce à son concours !
Soixante ans plus tard, elle ne se serait jamais permise un tel «déhanchement» des mandibules, par crainte de perdre son dentier.
Mlle LACOUME n’était pas dupe et combien de fois a-t-elle dit ? :
«Danielle, cesse de souffler à ta petite camarade ! ».
Vous souvenez vous du charmant compagnon de Danielle ? Elle nous le présenta un après midi dans la classe. Un écureuil super mignon et léger comme l’air qui trouvait refuge dans sa manche. Il sautait de table en table et elle avait toutes les peines du monde pour le rattraper. Chacun voulait s’en approcher et le caresser.
Chères Danielle et Brigitte, vos deux gentils minois apportaient à notre classe, un parfum, une légèreté, une gaieté qu’aucun bouquet de fleurs n’aurait pu remplacer.
Je terminerais votre portrait souvenir par un extrait d’un poème de Pierre de RONSARD qui vous sied si bien : 
« Mignonne, allons voir si la rose qui ce matin avait déclose sa robe de pourpre au soleil... »  

Partager cette page

Repost0

Articles Récents

  • Classes primaire Gambetta
    Après ce long mutisme, il parait nécessaire de continuer à faire vivre notre site. L'an dernier, sur demande, un article était paru pour les primaires Pasteur...quel plaisir d'y retrouver des visages familiers...copains (d'avant-avant-hier!!), j'ai pensé...
  • Qui connait le prénom de METRIER (ou MAITRIER) Classes primaires à Pasteur
    D'accord, nous ne sommes pas sur les 10 années d'existence de notre CEG...mais notre site accueille toutes les demandes...et, je suis très fière de constater que, grâce à vous, toutes nos recherches sont couronnées de succès...j'espère qu'il en sera de...
  • Recherchons Michèle, qui était coiffeuse à Amilly dans les années 60.
    Nouvel exploit à réaliser....comme toutes nos recherches ont été couronnées de succès (y compris la dernière avec l'abbé Gallerand)... nous devons essayer... Voici un extrait du mail reçu le 2 décembre: « Bonjour, je recherche dans le cadre d'une filiation,...
  • Primaire Pasteur 1954-55, CE1 (?), noms proposés par Michel BOURGUIN
    1er Rang : 1 Serge POIRIER – 2 Jean Claude BOSSARD – 3 Pierre GIE – 4 Serge BIKIALO - 5 ? -6 Jean Claude CUGUEN 2ème Rang (debouts): 1 Claude BEZILLE - 2 Jean Claude METIER – 3 Robert DANIEL -....- 8 Michel LACHAUME – 9 CAILLIET – .. - 11 JACQUEMONT 3ème...
  • 1953-54 CP1 Pasteur, noms proposés par Michel BOURGUIN
    1er Rang : 1 Jacques MILOT – 2 HEIM – 3 VERSOGNE – 4 Daniel QUENON – 5 Jean Claude LELOUP – 6 Alain BEZAULT – 7 CHEVRIER – 8 Jean Louis GAUGIRAND – 9 Michel KNOPP 2ème Rang : 1 Jean Paul CORRIGE – 2 GUET – 3 Michel BORNE – 4 LARCHER – 5 TALLES – 6 Christian...
  • Primaire Pasteur 1953-54, noms proposés par Michel BOURGUIN
    1er Rang : 2 Daniel QUENON – 6 Alain DEDOURS – 8 LARCHER – 9 Michel LACHAUME 2ème Rang : 3 LAUDEY – 7 LEPROUX – 9 LEGUMINA 3ème Rang : 4 HAMARD – 7 Yannick GINZE – 8 Michel GIRAUDON – 9 Yvon DUSSOULIER - 11 MIAUDON 4ème Rang : 1 VIE – 2 Jean Claude BOSSARD...
  • Primaire Pasteur: 1952-53 CP classe de M.CONTANT proposée par Michel BOURGUIN
    Rang 1 : 2è Serge POIRIER – 7è Jacques MILOT Rang 2 : 2è Jean Pierre PAJOT – 4è GODIN – 6è Yvon DUSSOULIER – 7è Michel LOISEAU Rang 3 : 1er Patrick DAUTREAU – 2è J.Claude BOSSARD – 3è LECUYOT Rang 4 : 1er VERSOGNE – Jean Paul CORRIGE Mille merci à Michel...
  • Primaire Pasteur vers années 56, 57 ou 58
    Grace à Monique BIKIALO (qui a reconnu son frère), puis J.Pierre RIMBERT (qui propose 3 noms), et maintenant Michel BOURGUIN , cette classe est presque complète. (il ne manque que l'année) 1- 1 ?? - 2 François ROBLIN – 3 Jean Claude METIER – 4 Serge POIRIER...
  • Photos de Primaire sans doute 1957- 58, nombreux noms proposés par Michel BOURGUIN
    Initialement j'avais pensé à 1958-59 CM2 ou cours supérieur ...mais Michel BOURGUIN propose 1957-58 classe de M. MIKOSKI...et il a forcément raison En plus il retrouve de nombreux noms: parfois avec des prénoms différents, j'avais reconnu Michel BARAGLIA...
  • Qui a connu l'abbé GALLERAND, curé à Montargis autour des années 70 ?
    Demande tout à fait inhabituelle....mais nous avons déjà fait des miracles. Un voisin tourangeau sachant que j'avais passé mes 20 premières années à Montargis m'a demandé si j'avais connu l'abbé GALLERAND.... J'ai questionné ceux qui avaient connu cette...