Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
/ / /
Patrick MILBERT et Didier THIBAULT étaient les deux plus jeunes élèves de la classe.
Aux côtés de Nadine CORNET et de Danielle SAUVAGE, ils étaient comme deux bambins égarés de la maternelle.
 Patrick était plutôt fin et vif, Didier du genre rondouillard et lymphatique. Ils étaient, l’un et l’autre, de bons élèves et se suivaient de très près au classement général. Ils se situaient toujours dans les douze premiers. Leurs bouilles de poupons, ne les mettaient pas à l’abri des paires de claques données par Mlle LACOUME. Les rares fois où ils s’en sont pris une, on pouvait voir les yeux de Didier s’humidifier, sans verser pour autant une larme et  Patrick afficher une lippe sévère dans le bas de son visage.
A la récréation, ils ne jouaient pas au handball avec Claude, Alain, Joël et le beau gosse. Ils étaient d’humeurs tranquilles et préféraient discuter entre camarades sous les grands platanes ou sous le préau, les jours de pluie.
Patrick n’aimait pas les sports collectifs et préférait de loin les sports individuels. Son père était professeur de boxe et notre jeune camarade assistait aux entraînements des futurs champions tels Michel HOUDEAU ou  Claude LAPINTE. Il lui arrivait de mettre  des gants et de s’entraîner devant un miroir. Au saut de corde, il était imbattable et aucune de ses camarades filles ne pouvait l’égaler en rapidité. A une séance de  gymnastique, M. ZUK demanda à Patrick d’apporter deux paires de gants de boxe pour initier les élèves à ce sport. La semaine suivante, Patrick nous fit une démonstration de ses compétences. Gants lacés, il mimait un combat contre un adversaire invisible. Il fallait le voir notre Patrick ! Il se protégeait  la tête avec ses gants, sautait d’avant en arrière, de gauche à droite, bondissait en avant, projetait son point et revenait à sa position de départ. Son regard était agressif et gare à l’étourdi qui  passait devant.
 M. ZUK l’arrête dans sa démonstration et demande au plus costaud d’entre nous d’enfiler une paire de gants. Pour vous dire la vérité, il n’y avait pas foule au portillon. Après quelques hésitations, Jean-Yves TRICOT s’avance. Il sourit, certes, mais son sourire est quelque peu tendu. Rien à voir avec le sourire qu’il arborait une demie heure plus tôt, lorsque son regard croisa celui de la ravissante Danielle GERVAIS.
 Gants en mains, voilà  notre Jean-Yves qui s’exécute. Il se place face à Patrick et fait de son mieux pour l’imiter. Ce n’est guère facile, ce dernier s’agite avec une telle agilité que son mouvement est insaisissable. Jean-Yves le croit là, qu’il est déjà là-haut. Il est à gauche, non il est à droite et quel regard méchant!  Jean-Yves tente bien de lancer ses poings, mais à chaque fois c’est dans le vide le plus total alors que notre Patrick ne cesse de porter ses « petits coups » avec précision.
Quant à son jeu de jambes, c’est tout juste s’il ne s’emmêle pas les pédales. Jean-Yves est tellement gauche que chacun se met à rire, y compris M. ZUK. Devant cette pantomime burlesque, le prof. décide d’arrêter le «combat» et de reprendre le cours normal de gymnastique où les jeux de ballon posaient moins de problèmes. Il faut reconnaître, tout de même, que notre beau jeune homme avait eu le courage et le mérite de s’y essayer.
 M. MORIZET en personne, dans ses dérives pugilistiques avec  son «acolyte de fortune», MARCHANDIN, avait fait mieux que lui.
Ce fut l’unique et dernière fois que l’on vit des gants de boxe dans l’enceinte de l’école  PASTEUR. D’autres combats eurent lieu, mais à mains nues cette fois et avec un grand désordre dans les catégories. Combien de fois a-t-on vu un poids plume en découdre avec un poids lourd ? Pour vous en avoir parlé à maintes reprises, vous n’êtes pas sans ignorer, ni les lieux où se sont déroulés ces combats et ni les antagonistes qui s’y sont affrontés.
Patrick était une vraie balle de caoutchouc. Il avait une très grande souplesse et se pliait en deux de façon remarquable. Son front touchait ses genoux. Malgré sa petite taille, il était un garçon très hargneux et n’hésitait pas à foncer dans plus grand et plus fort que lui. Sa technique d’attaque était amusante. Il fonçait sur l’adversaire, se collait à lui et le poussait de toutes ses forces pour lui monter qu’il était bien là et qu’il n’avait pas l’intention de se laisser faire.
Didier THIBAULT, quant à lui, était loin de toutes ces agitations. Il était  un vrai boute-en-train et abordait toujours l’avenir avec le sourire.
Son grand plaisir était de s’enfiler, à la récréation, les goûters que sa maman lui mettait dans son sac d’écolier. Et il en avait des bonnes choses à manger, notre Didier !  Des bananes, des oranges, des croissants, des pains aux raisins et des tablettes de chocolats. Il n’était pas égoïste et offrait parfois à un camarade une partie de son goûter. Il était sans contexte l’enfant le plus gâté de la classe.  Didier n’était du genre à se remuer. La gymnastique n’était pas son fort et comme Michel BREUILLER, il préférait s’agiter les méninges devant un exercice de mathématiques plutôt que de courir derrière un ballon.
Lorsque Didier quittait l’école pour rentrer chez lui, il avait deux possibilités : soit passer par la place de la république, soit par la passerelle  avec le petit groupe habituel composé de Claude, Christian, Michel, Anne-Marie et William.  Son envie de se «bidonner» lui faisait prendre le plus souvent la seconde solution.
Dans notre classe, Patrick et Didier, de par leur petitesse, n’avaient d’égal que deux filles inséparables, Danielle MENARD et Brigitte LECLERC, toujours situées au premier rang et réputées pour leur talent de souffleuses. Avec elles, tout le monde savait les récitations. Il ne suffisait que de lire sur leurs lèvres.
Chers Patrick et Didier, où que vous soyez, sachez que vos camarades de classe ne vous ont pas oubliés. 

Partager cette page

Repost0

Articles Récents

  • Classes primaire Gambetta
    Après ce long mutisme, il parait nécessaire de continuer à faire vivre notre site. L'an dernier, sur demande, un article était paru pour les primaires Pasteur...quel plaisir d'y retrouver des visages familiers...copains (d'avant-avant-hier!!), j'ai pensé...
  • Qui connait le prénom de METRIER (ou MAITRIER) Classes primaires à Pasteur
    D'accord, nous ne sommes pas sur les 10 années d'existence de notre CEG...mais notre site accueille toutes les demandes...et, je suis très fière de constater que, grâce à vous, toutes nos recherches sont couronnées de succès...j'espère qu'il en sera de...
  • Recherchons Michèle, qui était coiffeuse à Amilly dans les années 60.
    Nouvel exploit à réaliser....comme toutes nos recherches ont été couronnées de succès (y compris la dernière avec l'abbé Gallerand)... nous devons essayer... Voici un extrait du mail reçu le 2 décembre: « Bonjour, je recherche dans le cadre d'une filiation,...
  • Primaire Pasteur 1954-55, CE1 (?), noms proposés par Michel BOURGUIN
    1er Rang : 1 Serge POIRIER – 2 Jean Claude BOSSARD – 3 Pierre GIE – 4 Serge BIKIALO - 5 ? -6 Jean Claude CUGUEN 2ème Rang (debouts): 1 Claude BEZILLE - 2 Jean Claude METIER – 3 Robert DANIEL -....- 8 Michel LACHAUME – 9 CAILLIET – .. - 11 JACQUEMONT 3ème...
  • 1953-54 CP1 Pasteur, noms proposés par Michel BOURGUIN
    1er Rang : 1 Jacques MILOT – 2 HEIM – 3 VERSOGNE – 4 Daniel QUENON – 5 Jean Claude LELOUP – 6 Alain BEZAULT – 7 CHEVRIER – 8 Jean Louis GAUGIRAND – 9 Michel KNOPP 2ème Rang : 1 Jean Paul CORRIGE – 2 GUET – 3 Michel BORNE – 4 LARCHER – 5 TALLES – 6 Christian...
  • Primaire Pasteur 1953-54, noms proposés par Michel BOURGUIN
    1er Rang : 2 Daniel QUENON – 6 Alain DEDOURS – 8 LARCHER – 9 Michel LACHAUME 2ème Rang : 3 LAUDEY – 7 LEPROUX – 9 LEGUMINA 3ème Rang : 4 HAMARD – 7 Yannick GINZE – 8 Michel GIRAUDON – 9 Yvon DUSSOULIER - 11 MIAUDON 4ème Rang : 1 VIE – 2 Jean Claude BOSSARD...
  • Primaire Pasteur: 1952-53 CP classe de M.CONTANT proposée par Michel BOURGUIN
    Rang 1 : 2è Serge POIRIER – 7è Jacques MILOT Rang 2 : 2è Jean Pierre PAJOT – 4è GODIN – 6è Yvon DUSSOULIER – 7è Michel LOISEAU Rang 3 : 1er Patrick DAUTREAU – 2è J.Claude BOSSARD – 3è LECUYOT Rang 4 : 1er VERSOGNE – Jean Paul CORRIGE Mille merci à Michel...
  • Primaire Pasteur vers années 56, 57 ou 58
    Grace à Monique BIKIALO (qui a reconnu son frère), puis J.Pierre RIMBERT (qui propose 3 noms), et maintenant Michel BOURGUIN , cette classe est presque complète. (il ne manque que l'année) 1- 1 ?? - 2 François ROBLIN – 3 Jean Claude METIER – 4 Serge POIRIER...
  • Photos de Primaire sans doute 1957- 58, nombreux noms proposés par Michel BOURGUIN
    Initialement j'avais pensé à 1958-59 CM2 ou cours supérieur ...mais Michel BOURGUIN propose 1957-58 classe de M. MIKOSKI...et il a forcément raison En plus il retrouve de nombreux noms: parfois avec des prénoms différents, j'avais reconnu Michel BARAGLIA...
  • Qui a connu l'abbé GALLERAND, curé à Montargis autour des années 70 ?
    Demande tout à fait inhabituelle....mais nous avons déjà fait des miracles. Un voisin tourangeau sachant que j'avais passé mes 20 premières années à Montargis m'a demandé si j'avais connu l'abbé GALLERAND.... J'ai questionné ceux qui avaient connu cette...